Echantillonthèque

Pourquoi faire un inventaire ?

Dans un de mes précédents articles “Comment organiser son atelier de couture dans 6m2 sans se ruiner ?” , j’avais proscris l’inventaire qui me paraissait être une perte de temps. Devant le peu de stock (mais qui représente une bonne centaine de mètres malgré tout), je ne voyais pas l’utilité de le faire contrairement à une grande entreprise. Seulement, après avoir lu “La magie du rangement”, j’ai lu “La magie du rangement au travail” de Marie Kondo ! Je pensais qu’il fallait tout garder pour pouvoir créer. Mais il faut y apporter quelques nuances…

Aussi j’ai décidé d’attaquer le tri de mes tissus pour faire la place belle à la nouveauté. Ne garder que ce qui me met en joie tel que le suggère la papesse du rangement Marie Kondo !

Conserver tout pour créer me semblait essentiel mais seulement voilà: mes besoins d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’hier. Hier je confectionnais des robes de mariées et me devais d’avoir du stock. Aujourd’hui, mes besoins ont changé. C’est également en prenant conscience de tout cela que j’ai décidé de vider comme on ferait une mise à jour de logiciel.

Boîte par boîte, j’ai commencé à empiler tous les grands métrages de taffetas, de crêpe champagne qui dorment depuis 6 ans. J’en ai fait don à mes étudiants en mode. Idem pour mes vieux patrons, mes vieux mannequins. Quel bonheur de se délester pour transmettre à la nouvelle génération !

J’ai ensuite prélevé les échantillons de tissus que je souhaitais garder pour les agrafer sur des fiches, me permettant de les répertorier. Cela m’a permis de faire apparaître des associations auxquelles je n’aurai pas pensé. De la fourrure avec de la mousseline, du simili avec du tulle etc… Ce qui est très stimulant.

inventaire arc-en-ciel de tissus
Arc-en-ciel d’échantillons

Pour la création, beaucoup pensent qu’il faut un atelier rempli de matériaux et de babioles. Marie Kondo bien sûr pense le contraire et invoque dans son livre des exemples d’artistes qui ont appliqué sa méthode et qui ont trouvé leur style grâce à cela. Sa méthode prône le minimalisme. J’avoue que je n’ai pas encore réussi à épurer à ce point mon bureau et ne pense pas y arriver un jour car très franchement, je ne suis pas japonaise. Mais sa méthode reste quand même une belle inspiration pour que le rangement perdure au quotidien.

Lorsque j’ai commencé l’inventaire, j’ai préparé des fiches avec le métrage, les prix etc…Personnellement, je me suis arrêtée à l’échantillonnage. Mon inventaire s’est donc transformé en “échantillonthèque”. J’ai ainsi pu réaliser un arc-en-ciel de tissus comme une palette de peintre. Je me suis surtout fait plaisir mais j’ai également rendu sercice à d’autres. Une de mes étudiantes s’est déjà faite une combinaison en taffetas bordeaux !

Sur la fiche, si besoin, je remplirai les métrages et les prix au fur et à mesure mais ce n’est pas ce qui me préoccupe pour le moment. En effet, cela m’a permit de faire apparaître plusieurs envie et de redistribuer mes boîte à tissus en fonction de cela. J’ai envie de recycler certains vêtements en coussin, en étui à lunettes et donc j’ai fait une boîte de vêtements prêts à être transformer.

marinière
Marinières recyclées en coussin pour le salon de jardin

Mon tri a fait apparaître également que j’avais envie de me tourner vers des matériaux plus nobles. Exit le taffetas polyester, bonjour la soie fine couleur chair… j’ai envie aujourd’hui de travailler de petites pièces comme des tops ou de la lingerie, des petits accessoires, des broches mais pas de grands métrages pour les mariées…

Si vous en avez envie, je vous invite à réaliser votre arc-en-ciel d’échantillons, votre tissuthèque. Pour cela vous n’avez qu’à télécharger la fiche inventaire en dessous de cet article ou ici.

Bon inventaire !

Lien pour télécharger la fiche inventaire : https://je-cree-ma-mode.com/wp-content/uploads/2021/05/Fiche-pour-inventaire-tissu.pdf

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •